Avignon par la fin : Marie Tudor


Jeudi 19 juillet 2012

Avignon, par la fin : Marie Tudor


                Nous revenons d’Avignon, et le dernier spectacle que nous avons vu, juste avant notre départ,  était superbe. Fort et beau. L’idée de prendre la route fut donc moins pénible.

Marie Tudor de Victor Hugo. C’est quelque chose. Je me disais aussi, en sortant, qu’ils avaient déjà du la tourner un peu. Depuis septembre 2011, ils jouent sur Paris : La compagnie13, dont Pascal Faber est le metteur en scène, et le créateur.

Bravo à eux. Ils sont expérimentés, mais ont la fraîcheur du débutant. On oublie tout : le jeu, les effets, on ne cherche pas à comprendre. On est tendu comme un arc, car, il y a un suspense intense. Cette cloche, cette cloche terrible à la fin… 


Une heure quarante qui passe comme une flèche. Bien trop vite.

A Avignon, les gens ne se mettent pas debout. Soit ils ne connaissent pas les conventions des représentations, et, donc, n’osent pas : plutôt crever que de se lever à la fin ; soit ils sont un peu blasés, et doivent se dire sans doute : « J’ai déjà vu mieux quelque part, oh oui, sûrement, cherchons bien… ». En effet, Avignon, il s’y trouve de furieux pèlerins, fous de théâtre. Mais, ils savent être paradoxaux. Comme tout un chacun me direz-vous. Sans doute, sans doute. J’y reviendrai dans un prochain article sur le festival…

A la fin de Marie Tudor, donc, quelques uns, de ci de là, finalement, vont se lever. Dont moi. L’exploit. Certes, l’ensemble de la salle n’est pas debout, mais tout le monde a adoré. C’était puissant, voilà tout. Vous retrouverez les dates de tournées à la fin de l’article, car, ils tournent, et, vu leur performance, ils vont bien tourner car ils vont être achetés, c’est sûr ! Bon vent à eux, donc, et surtout merci. Je n’ai pas été ému si fort au théâtre depuis un moment.

  •          Du 21 au 27 janvier 2013 : Théâtre de Fort de France – Martinique
  •          Le 7 février 2013 : Centre culturel Sydney Bechet à Garches à 20h30

Bien entendu, ils jouent jusqu’à la fin du festival, pour ceux qui ont la chance d’y être. C’est-à-dire jusqu’au 28 juillet à 14h15 au théâtre de l’Oulle, 19 place Crillon (04 90 86 14 70), et, a priori, sans relâche. Renseignez-vous tout de même… D’ailleurs, ils font le plein, y aller sans réserver est très risqué.

Et puis, attendez-vous à d’autres dates d’ici la fin de l’année, car, comme je vous l’ai dit, ils vont être achetés, c’est sûr. Voici l’adresse de leur site sur lequel vous retrouverez leur actualité : Compagnie 13.

Richard

D'autres articles sur Avignon 2012 ou sur Marie Tudor :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire